Uncategorized

Les 3 formes de styles architecturaux religieux du Moyen-Âge

La période médiévale a laissé de nombreux monuments d’Église qui continuent de susciter l’admiration. Ces véritables chefs-d’œœuvre attirent des touristes qui se bousculent pour découvrir leur beauté et leur splendeur. En dépit de leur ressemblance, ces imposants édifices renvoient à trois différentes formes d’art. Certaines bâtisses évoquent l’époque byzantine tandis que d’autres rappellent l’épopée romane ou gothique.

Présentation des styles architecturaux médiévaux

Le Moyen-Âge a connu trois différentes formes d’art qui ont successivement influencé la construction des églises de cette période.

L’art byzantin

Cette architecture a notamment pris corps avec le souverain Constantin qui se convertit au christianisme en 324. Il transforma la Byzance en la nouvelle Rome avant de rebaptiser la ville Constantinople en 330. Avec la chute de Rome en 476, Constantinople devint l’unique capitale de l’Empire romain oriental. Avec Justinien, cette localité s’imposa comme la plus prestigieuse ville de la chrétienté avec de nombreux édifices religieux. L’art byzantin a connu trois époques.
  • La période protobyzantine dura du milieu du IVe au VIe siècle. Elle resta marquée par la construction de la réputée église de Hagia Sophia (Sainte Sophie). Ce grandiose monument, réalisé entre 532 et 537, apparaissait comme un couronnement de l’architecture byzantine et l’une des « œuvres architecturales les plus belles et les plus grandioses de l’art universel ».
  • La période médiobyzantine commença à partir du IXe et chevaucha pratiquement avec l’époque médiévale. Cette époque enregistra également la construction de monuments exceptionnels comme la Basilique Saint Marc, considérée comme « l’un des plus beaux exemples architecturaux de l’art byzantin ».
L’art byzantin a essentiellement inventé deux types d’édifices religieux. Les basiliques à coupoles et les églises en croix grecque datent de cette époque.

L’art roman

Cette architecture resta en vogue du Xe au XIIe siècle. Les maîtres d’œuvre ont beaucoup innové à cette période. Ils ont notamment expérimenté de nouvelles techniques afin de rendre les constructions plus solides. Cet art se démarque par sa diversité avec l’émergence de styles locaux. Les monuments réalisés à cette époque ont battu des records de hauteur et de complexité. Vous pouvez visiter l’abbaye Saint-Pierre de Moissac, la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, l’église Notre-Dame la Grande de Poitiers ou la basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand pour admirer la splendeur et la beauté de ces monuments de style roman.

L’art gothique

Ce style date du XIIe siècle. Il est apparu en France, notamment en région Île-de-France et en Picardie. Cette remarquable architecture conquit rapidement les régions environnantes avant de s’étendre aux nations frontalières. Originellement qualifié « d’art français », il prit finalement l’appellation d’art gothique à partir de la Renaissance. Certains pays ont innové pour développer leur propre art gothique qui reste largement inspiré du modèle français. Pour admirer d’emblématiques œuvres de style gothique, visitez la cathédrale Notre-Dame de Paris, la cathédrale Notre-Dame de Chartres, la cathédrale Notre-Dame de Reims, la cathédrale Notre-Dame d’Amiens, la cathédrale Notre-Dame de Rouen, la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg ou la cathédrale Saint-Étienne de Toul.

Les caractéristiques des styles architecturaux médiévaux

Les principales architectures du Moyen-Âge présentent des traits spécifiques. Les édifices de cette période se démarquent donc les uns des autres. De l’art byzantin à celui gothique, les bâtisses religieuses ont enregistré de véritables évolutions et d’importantes modifications. Depuis le début du XVIIe siècle, l’architecture baroque née en Italie a pris le relais. Elle séduit par son côté théâtral et sa riche décoration.

Les traits distinctifs de l’art byzantin

Les églises byzantines affichent généralement un plan centré, symbole de la sacralisation de ces lieux. Elles prennent souvent une forme circulaire, octogonale ou de croix grecque. Une ou plusieurs coupoles les surmontent. Elles présentent aussi une grande variété de mosaïques. Celles-ci vont se raffiner au fil des années pour devenir des tesselles. Ces dernières se réalisaient en marbre, en porphyre, en pâte de verre avec des détails et des couleurs assez exceptionnelles. L’art byzantin recourait également aux fresques et à des miniatures pour illustrer les textes religieux. Il impressionne par ses représentations d’icônes frontales. Les images figées et intemporelles de cette époque continuent de séduire des touristes du monde entier.

Les points distinctifs de l’art roman

Fortement inspiré de l’architecture romaine, il se caractérisait par sa voûte et son remarquable berceau en plein cintre. Ce demi-cercle en forme d’arc, dénommé clé de voûte, repose sur des murs solides et d’énormes piliers. Les églises de style roman présentent uniquement quelques petites fenêtres. Leur intérieur reste donc assez sombre. Cette architecture se caractérise par sa sobriété. Pour la décoration, les maîtres d’œoeuvre réalisaient des sculptures sur les chapiteaux des piliers. Ils y dessinaient généralement des animaux et des saints. Au niveau des tympans des portails, vous pourrez admirer le Christ en Majesté et des scènes de la Bible. Ces édifices se démarquaient également par leur hauteur. Ils présentaient des nefs sur les bas-côtés avec une voûte en arêtes. Ils affichaient aussi une tribune. La configuration de ces bâtisses intervient de manière à garantir leur stabilité. Les monuments de style roman tardif apparaissaient plus lumineux avec davantage de décoration.

Les traits distinctifs de l’architecture gothique

Cet art a permis de réaliser de magnifiques édifices qui séduisent par leur beauté et leur splendeur. Il a consacré l’abandon définitif de la voûte en berceau au profit de la voûte d’arêtes. Les maîtres d’œuvre de cette époque utilisaient des arcs brisés plutôt que le plein cintre. Les monuments religieux de cette période présentaient une nef avec des travées plus ou moins carrées. Celles-ci se constituaient de quatre piliers portés par des arcs brisés entrecoupés par une clé de voûte. Lesdits arcs brisés affichaient des nervures en pierre appelées « ogives ». Avec ce dispositif, la voûte reposait sur les piliers et non les murs. Cela permettait d’y intégrer de grandes verrières décoratives. Les maîtres-d’œoeuvre solidifiaient les piliers à l’aide de contreforts spécifiques, dénommés arcs-boutants.

Grâce à ces différentes innovations, les bâtisseurs pouvaient construire des cathédrales plus vastes et plus hautes. Ils disposaient aussi une multitude de sculptures et de gargouilles sur leurs façades. Leurs nombreux vitraux permettent à la lumière naturelle d’illuminer en permanence l’intérieur de ces monuments. Ils représentent généralement d’illustres scènes de la Bible. Ces bâtisses se distinguaient également par la fameuse « rosace ». Ce vaste vitrail surplombait l’entrée de la nef. Il servait aussi à orner les façades des transepts. Ce style a évolué au fil des siècles avec des édifices mieux ombragés en forme de dentelles de pierre. L’art gothique a enregistré d’importants succès jusqu’au XVIe siècle avant que l’architecture baroque ne prenne le relais. Néanmoins, l’art néo-gothique est apparu aux XIXe et XXe siècles avec des innovations significatives.

Montre plus

Émilie

J'habite Canteleu, une commune à coté de l'Abbaye. Je connais donc très bien cette dernière pour l'avoir visitée à d'innombrables reprises !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close